Préambule

Les grands-parents maternels de René PEREZ (1944) sont nés à Gibraltar. Depuis 1704, "The Rock", comme l'appellent les Anglais, est britannique malgré que l'Espagne espère toujours le recouvrer. Dans cette page vous découvrirez le passé historique de Gibraltar, riche en évènements et prises de guerre, ainsi que l'histoire de ses aïeux ayant vécu dans cette péninsule.

Histoire de Gibraltar

Le territoire de Gibraltar comporte plusieurs sites ayant été occupés par les Néandertaliens. Le site de Forbe's Quarry a d'ailleurs livré en 1848 le premier crâne correspondant à cette espèce, qui n'a toutefois été reconnu comme tel qu'après la découverte du site éponyme dans la vallée de Neander en Allemagne. Le site de la Grotte de Gorham a également livré des industries moustériennes qui pourraient être parmi les plus récentes. Avant la conquête musulmane, le Rocher de Gibraltar était appelé Mont Calpé. D'après la mythologie grecque, c'est Héraclès qui a érigé les colonnes d'Hercule composées des deux promontoires séparant l'Afrique de l'Europe : le mont Calpé en Europe et le rocher Abyla en Afrique. Dans l'antiquité grecque, le rocher est aussi associé à Briarée, un des Hécatonchires. Au début du VIIe siècle, dans le cadre de la conquête musulmane de l'Espagne wisigothique, le chef Tariq Ibn Ziyâd y établit une tête de pont en Europe, donnant son nom au Rocher. Le site fut conquis en 1309 par le royaume de Castille, puis repris par le général mérinide Abu Malik en 1333 expulsant les Castillans. En 1374 les Mérinides cèdent le rocher au royaume de Grenade. Gibraltar est définitivement reconquis par Ferdinand V en 1462. Ce territoire espagnol fut pris par les forces anglo-néerlandaises de l'amiral George Rooke le 25 août 1704 et sa propriété est confirmée et reconnue par l'Espagne par les traités d'Utrecht de 1713. En 1805, une épidémie de fièvre jaune tua un tiers des Gibraltariens.

le 21 octobre de cette même année, La bataille navale de Trafalgar opposa la flotte franco-espagnole sous les ordres de l'amiral Pierre Charles Silvestre de Villeneuve, à la flotte britannique commandée par le vice-amiral Horatio Nelson. Nelson y trouvera la mort, mais la tactique qu'il avait mise en œuvre valut aux Britanniques une victoire totale malgré leur infériorité numérique. Les deux tiers des navires franco-espagnols furent détruits, et Napoléon, faute d'une flotte suffisante, dut renoncer à tout espoir de conquête du Royaume-Uni. Cette victoire marque également la suprématie britannique sur les mers, qui allait rester incontestée jusqu'à la Première Guerre mondiale.

la bataille navale de Trafalgar
Le HMS Neptune remorquant le HMS Victory vers Gibraltar, après la bataille de Trafalgar - Charles Keith MILLER (1877)

Comme pour tout territoire britannique d'outre-mer, la reine Elizabeth II est le chef de l'État ; elle est représentée par le Gouverneur de Gibraltar qui est responsable de la défense et de la sécurité à l'intérieur de Gibraltar (la Royal Gibraltar Police). Il nomme après les élections un Gouvernement élu pour quatre ans. Le Parlement est composée de 15 membres élus. Gibraltar fait partie de l'Union européenne depuis 1973, conformément au traité d'adhésion du Royaume-Uni, mais n'est pas impliqué dans certains accords, tels que l'Union douanière et la Politique agricole commune.

Saga familiale à Gibraltar

À la jonction de l'Europe et de l'Afrique, de la Méditerranée et de l'Atlantique, le Rocher constitue avec le mont Abyla (Ceuta) une des colonnes d'Hercule contrôlant un des lieux de passage les plus anciens et les plus fréquentés du monde. C'est sur ce rocher que vécurent dans la moitié du XIX° siècle Francisco GONZALEZ et Vicente PALLAS, ainsi que leurs épouses respectives Francisca TAVARES et Maria GOMEZ. Nous ne pouvons affirmer avec certitude que leurs ancêtres étaient nés sur le Peñon, même si la Linéa de la Concepcion, proche, n'avait pas l'importance qu'elle a aujourd'hui. Toujours est-il que leurs enfants Gilberto GONZALEZ et Juana PALLAS s'unirent en la cathédrale St Mary the Crowned, à Gibraltar, en l'an de grâce 1888. De cette union naquit Eulalia GONZALEZ qui s'enfuit, dès sa majorité, à Casablanca avec son bien aimé Antonio OLMEDO. Mais ceci est une autre histoire, dans une autre ville...

Retour à la page précédente

partager sur les réseaux sociaux

Généalogie PEREZ-HEDOUIN © 2010 - Powered by RHP Design - XHTML1 Strict + CSS2 validé W3C