Préambule

Feuquieres est une commune du Vimeu qui fait partie du canton de Moyenneville. D'une surface de 8 km2, elle est peuplée d'environ 2.445 habitants (recensement de 2005). Comme monument civil, on y trouve une ancienne sucrerie betteravière construite en 1902 et transformée en 1912 en fonderie, laquelle est toujours en activité. A signaler aussi une usine de fabrication de fenêtres de toit plus connues sous le nom de Velux. L'église date du début du XIIè siècle. Elle est composée d'une petite nef basse à fenêtres en plein cintre et contreforts surmontée d'un clocher recouvert d'ardoises. Le chœur, plus vaste et haut, flamboyant, est éclairé par sept baies à remplage. A noter les voûtes et clefs pendantes reposant sur des dais ajourés, et à l'intérieur de l'église, diverses sculptures faisant partie du patrimoine communal et un rétable du XVIIème siècle provenant des Carmélites d'Abbeville.

Photographies de Feuquieres-en-Vimeu


vue aérienne de Feuquieres
Vue aérienne de Feuquieres

feuquieres feuquieres
L'église Notre Dame de l'Assomption

Saga familiale à Feuquieres-en-Vimeu

C'est le 18 avril 1674, en cette église, que Louis DAVERGNE fut baptisé, comme le furent avant lui son père André le 28 avril 1627. C'est également là que s'unirent le 9 juillet 1617, ses grands-parents Mathieu DAVERGNE, natif de Feuquières, et damoiselle Françoise DELATTRE, du village de Valines, paroisse de Franleu.

Cette église fut aussi fréquentée dans sa jeunesse par Honoré DOUAY, berger de l'abbaye de Lieu-Dieu, qui s'établit après son mariage à Saint-Quentin-la-Motte. On sait que ses parents en 1732, et ses arrière arrière grands-parents, un siècle plus tôt, se marièrent en cette église, et que son grand-père Vincent y reçut les fonds baptismaux en 1678, puis  les saints sacrements en 1735. 

Vincent DOUAY avait pour père Nicolas, pour grand-père Gabriel et pour arrière grand-père Pierre DOUAY lequel naquit vers 1580. Sa mère, Jenne de BEAUCHEN avait pour père Louys et pour grand-père Lois de BEAUCHEN lequel naquit vers 1560. C'est dire que c'étaient des anciennes familles bien implantées dans Feuquières. 

Magdeleine GRILLY, épouse de Nicolas et mère de Honoré DOUAY, vécut aussi à Feuquières. Elle fut inhumée dans son cimetière en 1744, tout comme sa grand-mère Geneviève TESTU et ses parents, Pierre GRILLY et Catherine HENOCQ, qui d'ailleurs furent unis dans l'église Notre-Dame de Feuquières le 27 avril 1705.

Il est à déplorer que certains registres ont malencontreusement été détruits, et il a donc fallu procéder par recoupements pour reconstituer le puzzle généalogique familial.

Retour à la page précédente

partager sur les réseaux sociaux

Généalogie PEREZ-HEDOUIN © 2010 - Powered by RHP Design - XHTML1 Strict + CSS2 validé W3C