Editorial

L’apnéiste, dès qu’il amorce la descente, doit se préparer à équilibrer ses tympans. Petit cours d'anatomie avant de passer aux diverses méthodes d'équilibrage des tympans et la conduite à adopter afin d'éviter tous risques d'accidents tympaniques.

Les techniques de l'apnée : l'équilibrage des tympans

L'oreille

A l’air libre, le tympan reçoit sur sa face externe une pression égale à celle qu’il reçoit sur sa face interne. La cavité de l’oreille moyenne, isolée de l’extérieur par le tympan, débouche par la trompe d’Eustache à l’intérieur des fosses nasales.Lorsque le corps pénètre dans l’eau, il est soumis à une pression qui augmente d’un kilogramme tous les dix mètres. La trompe d’Eustache, qui est un canal anatomiquement étroit, long, et soumis à des agressions multiples, comme le rhume, n’est plus perméable à l’air, et l’oreille interne ne se trouve plus en communication avec les fosses nasales. La pression qui s’exerce sur le tympan, côté extérieur, est supérieure à celle qui s’exerce sur sa face interne. Conséquence : le tympan va se déformer et devenir douloureux. Pour faire disparaître la douleur, et mieux encore, pour la prévenir, il faut « équilibrer » la pression dans l’oreille interne. Pour cela, il faut débloquer la trompe d’Eustache. Cette opération peut s’opérer de deux manières : le Vasalva ou la béance tubaire.

les tympans

Le Vasalva

Plaquer la langue au palais. Pincer les narines entre pouce et index par l’intermédiaire des bossages du masque. Envoyer de l’air des poumons vers le nez comme pour se moucher. Un déclic nettement perceptible se produit : l’air pénètre dans l’oreille interne et le tympan reprend sa forme initiale.

La béance tubaire volontaire

Elle reste l’apanage de quelques plongeurs privilégiés par une forme anatomique particulière de leurs trompes d’Eustache. La déglutition ou l’ouverture des mâchoires permettent l’équilibrage. A la remontée, l’air contenu dans les cavités va se dilater et aucun moyen actif ne permettra son aspiration. Seules la déglutition ou l’ouverture des mâchoires pourront être utilisées.

Les risques

Il conviendra d’interrompre la plongée dès qu’une oreille ne passe pas car sa poursuite expose à un risque de déchirure tympanique ou à un traumatisme de l’oreille interne. Devant pareil incident, se moucher, se laver le nez en faisant passer de l’eau si possible dans la gorge. Nébuliser avec un vasoconstricteur. En cas de blocage persistant, interrompre la partie de chasse. Devant la présence d’une impression d’oreille bouchée, de sifflements ou de vertiges, une consultation médicale rapide sera nécessaire

partager sur les réseaux sociaux

Coudoulière © 2010 - Powered by RHP Design - XHTML1 - CSS2