Préambule

Comme les mérous, les loups sont des poissons de la famille des serranidés. Les loups, appelés bars en Atlantique, fréquentent les côtes rocheuses et les plages de sable battues par les vagues. Les jeunes consomment essentiellement des crustacés, et les adultes se nourissent surtout de poissons et parfois de céphalopodes.

Si les jeunes vivent en bandes, les adultes sont plus solitaires et chassent en rôdeurs. Néanmoins, dès le mois de décembre et pendant toute la période de frai qui s'ensuit, les loups se rassemblent en "campagnes". Ils peuvent atteindre 1 m pour un poids de 10 kg.

Les loups


Eric Maresca avait 17 ans lorsqu'il prit son premier loup au début de l'hiver, et quel loup, puisqu'il affichait 4 kg sur la balance. Eric s'était mis à l'eau avec un camarade du Club, entre le port du Prado et celui de la Pointe Rouge. Au large, il y a de belles pierres où nichent les labres et des ragues à sars, entre 8 et 13 mètres de profondeur. "Je palmais en surface, me confia t'il, quand j'ai vu, près d'une grosse pierre, deux loups qui allaient et venaient. Intrigué par leur manège, je fis une coulée mais mon approche les fit fuir. C'est alors que je vis quelque chose bouger sous la grosse pierre. J'ai tout d'abord pensé à un fiélas et tirai dans la tête du supposé congre qui reculait. En ramenant à moi la flêche qui gigotait en tous sens, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir, à la place d'un fiélas, un loup d'une telle taille !"

le loup de Maresca
loup

Début septembre, sur la côte ouest de l'île de Porquerolles. Une chasse de thunnidés à 200 mètres au large nous incita à pêcher là, au pied empierré d'un tombant abrupt de 18 mètres. Pendant la coulée, je remarque de beaux muges qui rasent le fond, passant entre les pierres, visiblement affolés après avoir fui les prédateurs. La visibilité est excellente, mais les muges toujours en mouvement sont intirables. J'arrive au fond et palme entre les pierres. Surpris, un loup énorme débusque devant moi. Je tire par instinct.  La résistance est peu vive car un organe vital a été touché. A la pesée, il accusera 5 kg avec les 2 seiches trouvées dans son estomac.

"C'était au mois d'août 2002, du côté des Pierres Tombées. En limite du sable et des dernières éboulis se tenaient une daurade royale et un loup. Sans trop me poser de questions, j'amorçai la descente bien en retrait, et effectuais un agachon entre deux pierres. Comme les poissons ne réagissaient pas, je me décidais à avancer vers eux. La daurade, plus méfiante, commençait déjà à filer. Le loup allait en faire de même. En deux coups de palmes vigoureux, je me propulsai en avant et tirai. La tahitienne, propulsée par de puissants sandows sonna le loup qui n'opposa pas de grande résistance". Bravo donc à Jacques Bartolo pour ce beau loup de 4 kg.

le loup de Jacques Bartolo
loup pêché par Jean-Baptiste Esclapez

Inutile de faire l'éloge de Titou. Tout les gens de la mer connaissent de renom Jean-Baptiste Esclapez, champion du monde au Pérou en 1975, chasseur hors pair doté d'une prodigieuse connaissance du monde marin. J'ai eu la chance d'être avec lui sur son canot, pendant 5 heures (la durée d'une manche des championnats de Provence) du côté du plateau des Chèvres où nous assurions la surveillance, à l'époque où il entamait sa reconversion. Actuellement il produit ses propres articles de sports sous-marins sous la marque "Imersion". Tous se souviennent de ses pêches miraculeuses, immortalisées sur des cassettes VHS et des DVD, que vous pourrez vous procurer dans la plupart des magasins de sports aquatiques, ou sur le site PSV-Video. La vidéo où Titou chasse le loup autour des îles de Marseilleveyre est époustouflante, à l'image de ce loup énorme remonté à la surface après un dur combat.


partager sur les réseaux sociaux

Coudoulière © 2010 - Powered by RHP Design - XHTML1 - CSS2